VOUS POUVEZ NOUS JOINDRE PAR E-MAIL EN TÉLÉPHONE

NL

NOS ACTUALITÉS

Le virus Corona : problèmes et opportunités

23 mars 2020

Maintenant que le monstre bleu du Brexit est manifestement passé à l'arrière-plan, la société est confrontée au monstre Corona, encore pire. Il est bon de voir que le gouvernement, en bonne coopération avec tous les acteurs concernés, semble capable de prendre des mesures rapides face à cette nouvelle crise économique. Comme c'était différent lors de la dernière crise en 2008. Mais n'oublions pas que nous ne sommes qu'au début des conséquences de l'épidémie mondiale.

 

Le virus Corona : problèmes et opportunités 1

Pour les entrepreneurs, il est crucial d'agir d'abord sur les choses qui sont entre leurs mains, comme une bonne gestion des liquidités, un contact étroit avec les principaux débiteurs et créanciers et, enfin et surtout, avec le financier.

Depuis deux mois, j'interviens en tant que consultant auprès d'une grande entreprise du secteur des soins qui est en grande difficulté. Nous avons commencé par les premières étapes les plus logiques et nécessaires, telles que : les liquidités, l'apport des actionnaires, l'examen des effectifs et le contact avec la banque. Ce dernier point est particulièrement difficile car le département de la gestion spéciale a repris la relation, apparemment sans explication suffisante. En conséquence, les événements passés doivent souvent être expliqués inutilement, ce qui provoque une irritation mutuelle et fait perdre du temps. Il serait souhaitable de consacrer plus de temps à ce transfert, surtout maintenant. Les partis sont condamnés l'un à l'autre et nous ferions mieux d'en tirer le meilleur parti.

Naturellement, on peut s'attendre à ce que la banque, ainsi que les autorités fiscales et les autres parties concernées, se rendent compte que les diverses options qui seraient logiques dans un marché stable sont désormais reléguées au second plan. Il s'agit notamment de la recherche d'un autre financier ou d'un investisseur.

Par exemple, les préparatifs sont en cours pour trouver un investisseur prêt à investir du capital-risque dans l'entreprise. C'est le souhait de la banque et de la société, et l'actionnaire est également prêt à vendre la majorité de ses actions. Pour mémoire, je note que la société est fondamentalement saine et qu'elle opère sur un marché toujours en croissance. Cela signifie que beaucoup de temps et d'attention sont maintenant consacrés à la mise en place de la data room, à la rédaction d'un mémorandum d'information, à la compilation d'une liste de parties potentiellement intéressées, etc. Compte tenu du monde qui se développe autour de nous, faisons-nous ce qu'il faut ?

Si l'on demande maintenant aux conseillers en fusions et acquisitions comment ils voient le marché, il apparaît clairement que les parties financières en particulier se retirent. Un bon nombre de transactions ont été mises en attente ou retirées du marché. Quel que soit le marché, bon ou mauvais, une acquisition peut être une bonne décision.

Cependant, l'acheteur se demandera si la transaction peut être correctement expliquée aux actionnaires et aux investisseurs. Nous devons également nous demander si les institutions financières sont désireuses de financer des acquisitions en ce moment. En bref : si vous vous présentez sur le marché avec un investissement potentiel maintenant, vous devez être sûr de votre affaire.

Par conséquent, consacrez toute votre énergie et votre attention aux actions qui sont sûres de porter leurs fruits et reportez les actions moins prometteuses, comme trouver une autre banque ou attirer du capital-risque, jusqu'à nouvel ordre.

Enfin, espérons que toutes les promesses de solidarité faites par le gouvernement, les banques et autres seront tenues.

 

Frank Steenhuisen, JBR

Frank est un associé à JBR. Il est un consultant financier qui aide les entreprises dans des situations de gestion spéciale, de refinancement et de restructuration.